Wednesday, November 26, 2014

MICHEL MARTELLY: LA DERNIERE DANSE.

Absence de vision. Athénie. La ville s’embrase. Un bateau de guerre battant pavillon anglais tire des salves dans le nord du pays. Sandra Honoré, ministre plenipotentiaire de la Minustha, souffle sur la braise. La presse étrangĕre débarque. L’opposition dite radicale gronde. Le Docteur Maryse Narcisse est dans la foule qui manifeste. Photos géantes du pere Aristide ă l’appui. Maitre André Michel joue au brave et au maquisard suite au lancement de deux mandats d’amener par le commissaire du gouvernement.


Kiko St Remy crêve l’abscĕs. Les indicateurs économiques sont en rouge. Quarante sept gourdes pour un dollar americain. L’insécurité, comme le diable, continue de manger tout le monde. Martelly se cache sous les véstiges du Palais. Parfait chronophage, il bouffe le temps. Sauveur Pierre Etienne, le doxosophe, continue de cracher son venin, comme d’habitude, sur tout le monde. Evens Paul, après l’incident mal’heureux de Fort Jacques, fait face ă une apraxie sevĕre. La kid gere en cachette la fin meprisable de son leader historique. 


L’ancienne cathedrale de Port-au prince, rasee par les flammes en 1991, est recuscitee. Roudy Herrivaux, le nouveau goebel de l’ĕre tet kale, multiplie les anaphores pour sauver un regime qui se meurt. Voilá pour le menu du journal, dirait Marie Lucie Bonhomme de Vision 2000.


Ca y est. Le moment de tutoyer les dieux s’amĕne. le bal est sur le point de terminer. Et on l’avait dit ă Michel Martelly. Les blancs n’ont jamais d’alliés, mais des intérêts. Le dernier communiqué de Sandra Honoré, le proconsul, invitant le gouvernement ă garantir le droit des citoyens ă manifester librement dans les rues, est un signal clair qu’on est ă la fin de cette comedie qui a d’ailleurs trop duré. La preuve est que la maniféstation du 25 novembre n’a pas ete arrosée de gaz lacrymogĕne comme d’habitude. La police a fait son travail qui consiste ă proteger et servir avec un rare professionalisme. Allez le demander au fonçeur Assad Volcy, le jeune leader de l’organisation OTAN.


Il a fallu de peu que celle-ci ait realisé les sept tours des ruines du Palais National comme ses réalisateurs l’avaient prévu. Donc, le pouvoir tet kale s’affaiblit de plus en plus. La communauté internationale est entrain de revoir ses notes, as usual, en vue de changer de méthode avant de se remettre ă l’ouvrage pour un nouvel episode. Menm ti bagay la.

Entre-temps, le pays s’endette au prĕs du Venezuela ă hauteur de 2.5 milliards de dollars US. La plus large portion de ce montant a été rafflée sans transition par le pouvoir tet kale sous couvert de programmes bidon tels que ti manman cherie…ede pep…et cetera era rara. La folie d’imposer au pays un dauphin ă partir d’une stupide tradition qui garantit ă priori la perenisation du pouvoir, a fait de Michel Martelly un imposteur de trop; Un gamin qui n’a pas su se servir des leçons de l’histoire pour sortir saint et sauf du Moulin-mangeur qu’est le pouvoir politique haitien.


L’idee de vouloir réaliser des élections dirigées au profit d’un parfait escro du nom de Laurent Lamothe, lui aura valu la perte du pouvoir et l’antipathie de son propre camp. Son aphronie politique laisse perplexes même ses meilleurs allies. Kiko, son beau frere, l’a exprimé ă haute voix; sans langue de bois ni de papier.


Toutefois, encore une fois, comme en l’an 2004, ce n’est pas l’opposition qui n’a ni projets ni argent qui va gagner. Mais, la communauté internationale. Ce n’est pas Martelly et sa colonie tet kale, la chorale des zombis, qui vont payer la facture, mais Haiti. Le nid de misĕre. Le pandemonium. La planche infâme ou des comediens ne se font pas payer pour se mettre ă grouiller aux quatres vents pour le plaisir des masochistes de l’occident.

Guerby Dujour… témoignage pour demain.


No comments:

Post a Comment