Wednesday, November 26, 2014

Sweet Micky prépare un bal pour la fin de l'année aux frais du contribuable Les bandits légaux continuent de confondre l'administration publique aux scènes du tout permis. L'actuel consul d'Haiti à Miami, Stéphane Gilles, musicien de la bande Sweet Micky se retrouve à voyager entre Port-au-Prince et Miami deux fois par semaine. Ces déplacements en première classe sont payés à la caisse du Consulat de Miami ainsi que les per diem d'environ 1000 dollars par jour. L'objectif de ces déplacements est de prendre part dans la capitale Haitienne, aux répétitions bi-hebdomadaires de la bande à Sweet Micky dont le chanteur (malheureusement président d'Haiti) est en train de programmer une soirée dansante, haute en couleur pour la fin du mois de Décembre 2014. Sweet Micky prévoit de ramasser une grosse pactole, en réunissant, comme lors du bal 25ème anniversaire de sa montée sur scène, un public composé, comme la dernière fois, de flatteurs et surtout des hauts fonctionnaires de l'administration publique qui seront forcés de mettre la main à la poche, sorte d'actes d'allégeance aux Bandits Légaux. Les récents déplacements juteux du chef de la mission consulaire de Miami, Stéphane Gilles semble avoir suscité l'ire, pour le moment contrôlée, de nombre d'employés affectés dans les missions diplomatiques aux USA. Au début de cette année fiscale, la décision a été prise de couper entre 400 et 1000 dollars sur les salaires mensuels des employés des missions extérieures. Ce qui ne va pas sans déplaire ces employés forcés de garder le silence, alors que les extravagances des "Ayant-Droits" (Lamothe et ses enfants, les enfants et proches de Martelly et sa femme) ne font que drainer les ressources financières des Consulats. A rappeller que les consulats deviennent les repères où des proches et alliés de Tèt Kale casés pour services rendus, se comportent comme des "princes", n'ayant de compte à rendre qu'à l'une ou l'autre tête du "royaume bicéphale" de Port-au-Prince. Stéphane Gilles a remplacé le précédent "consul" Guy François Jr, qui était tombé subitement en disgrâce après avoir tardé à récupérer les deux filles de Laurent Lamothe à l'aéroport de Fort Lauderdale. NORLUC DORANGE


Sweet Micky prépare un bal pour la fin de l'année aux frais du contribuable

Les bandits légaux continuent de confondre l'administration publique aux scènes du tout permis. L'actuel consul d'Haiti à Miami, Stéphane Gilles, musicien de la bande Sweet Micky se retrouve à voyager entre Port-au-Prince et Miami deux fois par semaine. Ces déplacements en première classe sont payés à la caisse du Consulat de Miami ainsi que les per diem d'environ 1000 dollars par jour. L'objectif de ces déplacements est de prendre part dans la capitale Haitienne, aux répétitions bi-hebdomadaires de la bande à Sweet Micky dont le chanteur (malheureusement président d'Haiti) est en train de programmer une soirée dansante, haute en couleur pour la fin du mois de Décembre 2014.

Sweet Micky prévoit de ramasser une grosse pactole, en réunissant, comme lors du bal 25ème anniversaire de sa montée sur scène, un public composé, comme la dernière fois, de flatteurs et surtout des hauts fonctionnaires de l'administration publique qui seront forcés de mettre la main à la poche, sorte d'actes d'allégeance aux Bandits Légaux.

Les récents déplacements juteux du chef de la mission consulaire de Miami, Stéphane Gilles semble avoir suscité l'ire, pour le moment contrôlée, de nombre d'employés affectés dans les missions diplomatiques aux USA. Au début de cette année fiscale, la décision a été prise de couper entre 400 et 1000 dollars sur les salaires mensuels des employés des missions extérieures. Ce qui ne va pas sans déplaire ces employés forcés de garder le silence, alors que les extravagances des "Ayant-Droits" (Lamothe et ses enfants, les enfants et proches de Martelly et sa femme) ne font que drainer les ressources financières des Consulats.

A rappeller que les consulats deviennent les repères où des proches et alliés de Tèt Kale casés pour services rendus, se comportent comme des "princes", n'ayant de compte à rendre qu'à l'une ou l'autre tête du "royaume bicéphale" de Port-au-Prince. Stéphane Gilles a remplacé le précédent "consul" Guy François Jr, qui était tombé subitement en disgrâce après avoir tardé à récupérer les deux filles de Laurent Lamothe à l'aéroport de Fort Lauderdale.

NORLUC DORANGE 

No comments:

Post a Comment